Le prédateur de Gemmenich aurait fait 23 victimes en 35 ans!

L’habitant de Gemmenich a fait 23 victimes en 35 ans!
L’habitant de Gemmenich a fait 23 victimes en 35 ans! - GSV

Au départ, Willy Jaminon, 63 ans, un postier de Gemmenich qui comparaît détenu, ne doit répondre devant le tribunal correctionnel « que » de viols sur une adolescente de 14 ans, Marie (prénom d’emprunt), et d’atteinte à l’intégrité sexuelle – nouvelle appellation pour attentat à la pudeur – sur un gamin du même âge, Claude (idem).

Devant le tribunal, il reconnaît des « choses » avec Marie. « C’est elle qui m’a demandé de voir un film porno. Après, elle a levé sa jupe et est venue vers moi. Je n’ai pas voulu perdre la face et j’ai éjaculé sur elle. Mais je ne l’ai pas pénétrée, et cela ne s’est produit qu’une fois. »

Ce n’est pas exactement ce que dit la gamine, qui a déclaré que pendant trois ans, il la pénétrait une fois par semaine, tous les mercredis ! Aux enquêteurs, il avait pourtant dit que la gamine ne mentait pas. Alors, elle ment quand même aujourd’hui ? « Je ne dis pas ça », noie-t-il le poisson sans s’expliquer plus avant.

Pour ce qui est de Claude, il tergiverse en parlant de drones qui perturbaient ses chevaux, ce qui n’a rien à voir avec les tripotages et fellations réciproques dont parle le gamin, dont il devait s’acquitter pour monter sur un cheval. « Ce n’est pas vrai ! Comme je n’avais plus d’érection depuis 2015, le gamin a voulu vérifier la chose en sentant la consistance de mon sexe, c’est tout », prétend-il.

Des faits prescrits

Le hic pour lui, c’est que l’enquête révèle qu’au moins une quinzaine d’ados, filles et garçons, de 11 à 17 ans, l’accusent de mêmes faits, selon le même modus operandi, depuis 1983, des faits malheureusement prescrits. Un gamin de 12 ans parle même de sodomisation. Certains disent que leur vie est foutue.

« Je n’ai jamais pénétré personne », réfute-il. « Je regrette d’avoir parfois succombé à la tentation. Mais je n’ai pas réalisé à ce moment-là l’impact que cela pouvait avoir sur eux », admet le prévenu.

Des propos insoutenables, réagit une partie civile, Me Orban, qui s’indigne qu’il tente de faire passer les enfants comme étant les demandeurs des actes sexuels.

Mais le plus poignant est venu d’une de ses premières victimes, qui a 47 ans aujourd’hui et ne semble pas guéri des agressions subies. C’est d’ailleurs grâce à lui que l’affaire a été découverte, car il a enfin osé porter plainte en 2017, ce qui a tout déclenché.

« Un gros porc »

« Ce n’est qu’un gros pervers narcissique. À cause de lui, j’ai peur de tenir mes enfants dans mes bras par crainte de devenir pédophile. Ma sœur est elle aussi foutue. Comment un gros porc pareil peut-il se regarder dans une glace ? À 25 ans, j’ai eu un choc émotionnel et j’ai voulu en parler, mais il m’a menacé de mort. Ce n’est qu’un animal dégoûtant », dit-il vraiment en colère, même tant de temps après les faits.

Mme Herman, ministère public, fait chorus en se déclarant sans voix devant les déclarations du prévenu, en rappelant qu’au total, on a trouvé 23 victimes connues de ce prédateur hors normes. Elle réclame 9 ans de prison.

Son avocat, Me Fadeur, joue les équilibristes en tentant de lui trouver des éléments favorables, dont l’ancienneté des faits. Il sollicite la clémence du tribunal, soit un sursis probatoire pour une peine qui dès lors ne devrait pas dépasser 5 ans.

Jugement dans un mois.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers