«Gagner au sprint, c’est une sensation différente»: se réjouit Remco Evenepoel

«Gagner au sprint, c’est une sensation différente»: se réjouit Remco Evenepoel
Photo News

Remco Evenepoel (Quick-Step Alpha Vinyl) a remporté au sprint la 5e étape du Tour de Norvège (2.Pro), samedi à Sandnes. Il s’est montré le plus rapide du groupe 8 coureurs légèrement détachés. « Gagner au sprint c’est une sensation différente » a-t-il confié, lui qui a remporté 26 de ses 28 autres courses en solitaire.

« C’était très dangereux avec le vent. Il a soufflé très, très fort », a déclaré le jeune Brabançon de 22 ans. « Mais notre tactique était super, même si nous ne nous sommes pas vraiment concentrés sur les victoires d’étape. Nous avions le sentiment qu’un grand groupe allait partir et que nous devions avoir quelqu’un avec lui. Ils étaient deux (Rémi Cavagna et Kasper Asgreen). Dans le peloton, (Josef) Cerny a été fantastique. Il a roulé seul contre le vent presque toute la journée. (Rires) Il peut certainement manger plus de gâteau que les autres ce soir. »

« Le circuit local à la fin était beaucoup plus difficile que celui de vendredi. Un très beau circuit. Nous sommes partis à huit. Il y a eu quelques hésitations, mais j’ai vu qu’un grand groupe revenait, alors j’ai attaqué un kilomètre avant l’arrivée. Je ne savais pas alors qu’il y avait encore quelqu’un qui roulait devant. Je pensais que nous l’avions rattrapé (l’échappé Ben Healy) un tour plus tôt. Mais j’ai pu utiliser son sillage pour récupérer avant le sprint. Et puis j’ai fait mon sprint, et j’ai gagné ! »

« Je suis très heureux. C’est ma troisième victoire cette semaine, mais aussi ma première victoire dans un sprint groupé, je pense. C’est une sensation différente, de gagner au sprint. Parce que vous devez aller jusqu’au bout. Oui, je suis assez surpris. Dans mes premières années, je savais que je finirais dernier dans chaque sprint groupé, mais j’ai travaillé de plus en plus mon sprint. »

Luke Plapp, troisième, n’a clairement pas été très heureux avec les lignes choisies par Evenepoel pour son sprint. L’Australien a franchi la ligne d’arrivée en gesticulant. « Je suis entré dans le dernier virage en premier et j’ai sprinté en ligne droite », a répondu Evenepoel. « C’est un peu la même histoire qu’hier dans le Giro (où le coéquipier d’Evenepoel, Mauro Schmid, s’est retrouvé coincé par le futur vainqueur Koen Bouwman). Celui qui entre le premier dans le virage a plus ou moins les droits. Et dans la dernière ligne droite, je suis resté sur la droite. J’ai parlé à Plapp, je lui ai demandé si j’avais fait quelque chose de mal. Il a dit que rien de grave n’était arrivé, mais qu’il était arrivé trop tard pour me dépasser. (Rires) J’espère qu’ils ne me disqualifieront pas. »

Au classement, Evenepoel a désormais 56 secondes d’avance sur Jay Vine et 1 : 30 sur Plapp à la veille de l’arrivée à Stavanger. « Quand la Norvège est sèche, c’est très beau », dit-il en riant. « J’espère pouvoir conserver la victoire au classement général demain. Je connais la petite montée du circuit local grâce aux Hammer Series d’il y a quelques années. Mais j’espère que ce sera un sprint, où nous pourrons jouer la carte de notre sprinter (le Britannique Ethan Vernon). »

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Cyclisme