Tour d’Italie: Jai Hindley détrône Richard Carapaz et s’empare du maillot rose

Tour d’Italie: Jai Hindley détrône Richard Carapaz et s’empare du maillot rose
Reuters

C’est avec 1 minute et 25 secondes d’avance que l’Australien Jai Hindley abordera dimanche à Vérone la 21e et ultime étape de la 105e édition du Tour d’Italie cycliste, un contre-la-montre individuel de 17,4 km. À l’issue de la 20e étape, longue de 168 km partie de Belluno et qui s’achevait au sommet de la redoutable Marmolada (le Passo Fedaia, 14 km à 7,6 %, avec un passage à 18 %), l’Équatorien Richard Carapaz (INEOS-Grenadiers) a perdu le maillot rose. Il a été décramponné à deux kilomètres de l’arrivée par son dauphin avant d’être dépassé par l’Espagnol Mikel Landa (Barhain-Victorious). Hindley, le leader de BORA-hansgrohe qui ne comptait que 3 secondes de retard au départ de l’étape a devancé Carapaz de 1 : 28. La victoire dans cette très belle étape de montagne dans les Dolomites, l’étape-reine, est revenue à l’Italien Alessandro Covi (UAE Team Emirates), parti à 56 km de l’arrivée. Il s’est imposé avec 32 secondes d’avance sur le Slovène Domen Novak (Barhain-Victorious) et 37 sur l’Italien Giulio Ciccone (Trek-Segafredo), tous trois membres de l’échappée initiale.

Au classement général, Hindley, 6e de l’étape à 2 : 30, possède 1 : 25 d’avance sur Carapaz, 11e à 3 : 58. Landa, qui était 3e à 1 : 05 au départ, a conservé sa position après avoir fini 9e à 3 : 19. Il est désormais relégué à 1 : 51 de l’Australien.

Après plusieurs tentatives, l’offensive lancée par Giulio Ciccone au km 21, a pris de l’ampleur quand le grimpeur italien a été rejoint d’abord par Mauri Vansevenant, Sam Oomen, Edoardo Zardini et Davide Formolo. Sylvain Moniquet, Mathieu van der Poel, Thymen Arensman et Alessandro Covi se sont joints ensuite et finalement quinze hommes se retrouvaient à l’attaque avec Andrea Vandrame, Domen Novak, Lennard Kämna, Gijs Leemreize, Antonio Pedrero et Davide Ballerini qui avaient réussi à se joindre à eux.

Au premier sprint intermédiaire, à 104,5 km de l’arrivée, au pied de la première ascension du jour le Passo San Pellegrino (18,5 km à 6,2 %), le peloton pointait à 6 minutes. Les Barhain-Victorious, la formation de Mikel Landa, assurait le travail en tête. Au sommet du San Pellegrino, Formolo a devancé Ciccone. Le peloton est passé avec un retard de 5 : 56.

En direction de la cima Coppi (sommet du Giro) sur le Passo Pordoi (2236 m, 11,9 km à 6,6 %), Zardini a accéléré et fait éclater le groupe de tête, van der Poel notamment dut lâcher prise. Alessandro Covi se lança alors seul à l’attaque à 56 km de l’arrivée. Cela ne modifia pas réellement la physionomie de la course entre les favoris pour la victoire finale. Au sommet, alors qu’il restait 45 km à parcourir, Covi basculait en tête. L’Italien de 23 ans resta seul aux commandes jusqu’à l’arrivée après une sacrée échappée.

La bagarre entre les trois leaders de la course débuta à moins de 3 km de la banderole finale. Carapaz et Hindley décramponnèrent d’abord Landa. Kämna, intercalé, a alors emmené son leader (Hindley). Et à 2 kilomètres du sommet, Carapaz fut décramponné puis débordé par Landa. Devant, Hindley accéléra et fila chercher la vareuse rose avec un bel espoir de la garder jusqu’au bout.

Dimanche, l’ultime contre-la-montre dans la ville de Roméo et Juliette comprend une grosse bosse classée en 4e catégorie à mi-parcours. L’arrivée sera jugée dans les célèbres arènes. On connaîtra alors le successeur du Colombien Egan Bernal, vainqueur du Giro l’an dernier.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Aussi en Cyclisme