Tennis: «Je suis super-heureuse et super-fière de moi», réagit Ysaline Bonaventure

La Stavelotaine est aux anges.
La Stavelotaine est aux anges. - Photonews

La Stavelotaine Ysaline Bonaventure (WTA 170) était aux anges, jeudi, après s’être qualifiée pour la première fois de sa carrière en simple pour le tableau final à Roland-Garros, deuxième levée du Grand Chelem de l’année. Sur la terre battue parisienne, la Stavelotaine, 27 ans, a battu au troisième et dernier tour des qualifications la Finlandaise Anastasia Kulikova (WTA 193), 22 ans, 6-4, 6-2.

« Je suis super-heureuse et super-fière de moi ! », a-t-elle confié à la suite de sa victoire. « La terre battue n’est pas ma surface de prédilection, mais j’avais effectué une très bonne préparation et je suis arrivée en confiance. Et j’ai disputé trois très bons matchs. La terre battue parisienne est également plus rapide qu’ailleurs et cela me convient bien. Je ne vais pas le cacher, j’étais fort stressée avant le match, car ce n’est jamais évident de jouer un dernier tour de qualifications. Mais elle aussi. Et clairement, j’ai été la personne qui a le mieux géré cette situation. Je n’ai pas disputé un super-match, mais j’ai fait ce qu’il fallait aux bons moments. J’avais la hargne, j’étais très motivée et je suis restée très combative. Donc, c’est vraiment top ! », a-t-elle souri.

Ysaline Bonaventure avait déjà participé à Roland-Garros, mais en double, en 2015, où elle avait atteint le deuxième tour aux côtés de la Slovaque Anna Karolina Schmiedlova. Ici, elle rejoint dans le tableau final Elise Mertens (WTA 33), Alison Van Uytvanck (WTA 61), Maryna Zanevska (WTA 65) et Greet Minnen (WTA 84).

Déjà présente à deux reprises à l’Open d’Australie (2019 et 2021), une fois à Wimbledon (2019) et une autre fois à l’US Open (2020), la Stavelotaine pourra enfin participer, à 27 ans, aux Internationaux de France.

« Une belle récompense »

« C’est une belle récompense des efforts fournis ces derniers mois », dit-elle encore. «  À force de perdre chaque fois en qualifs, je pensais que Roland-Garros ne serait jamais pour moi. Mais mon staff m’avait dit de persévérer et que cela finirait par payer, si pas tout de suite, plus tard, avec les capacités que j’avais et ce que j’avais déjà prouvé. Et j’ai continué à m’accrocher, même si certains résultats cette année auraient pu être meilleurs. J’ai aussi toujours eu la chance de bénéficier de l’aide de Steve Darcis. Il a toujours été là pour moi quand des coachs m’ont lâché. Cela a toujours été une personne de confiance que j’apprécie énormément. Il m’aide depuis cette année, avec la Fédération et mon préparateur physique, Alexandre Blairvacq. »

Issue des qualifications, Ysaline Bonaventure devra attendre ce vendredi avant de connaître sa première adversaire, qui pourrait, notamment, être la Polonaise Iga Swiatek (WTA 1). Mais cela ne l’empêchera pas de dormir.

Contre Andreescu

« Peu importe ce que me réservera le tirage. Je désire d’abord savourer. En tant que Belge, rentrer dans le tableau final de Roland-Garros est merveilleux. J’en rêve depuis toute petite », disait-elle jeudi. « Il y aura beaucoup de supporters belges et mes proches pourront venir me voir. Cela va être du pur bonheur ! »

Et le tirage au sort a réservé la jeune (21 ans) canadienne Bianca Andreescu, classée au 72e rang mondial, à Ysaline Bonaventure. Andreescu s’est révélee en 2019 en gagnant trois titres : à Indian Wells, Toronto et surtout à l’US Open. Elle fut aussi finaliste à Auckland en 2019 et encore finaliste à Miami en 2021.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Tout le foot amateur et chez les jeunes

Aussi en Sport régional