Mort du Spadois Axel Leroy en guindaille: les étudiants rattrapés par une loi de 1939

L’étudiant spadois avait 21 ans.
L’étudiant spadois avait 21 ans. - D.R.

Les cinq étudiants âgés de 22 à 25 ans répondaient initialement d’une prévention d’homicide involontaire par défaut de prévoyance et de précaution. Axel Leroy, un étudiant spadois âgé de 21 ans, était décédé à Liège la nuit du 30 au 31 octobre 2018 après avoir participé à une « guindaille ».

La victime, un étudiant en haute école à Liège, avait participé à un « rallye » alcoolisé et était encadrée de ses cinq parrains de baptême. Après avoir bu de l’alcool en quantité massive et de manière rapide, le jeune homme s’était effondré vers 02h40.

Un expert toxicologue avait confirmé que le jeune homme décédé présentait une alcoolémie se situant entre 2,2 et 2,3 grammes par litre de sang au moment de son décès tandis que le médecin légiste avait évoqué un décès survenu en raison de l’inhalation massive de vomissures dans les voies respiratoires.

Toujours en cours d’examen, le dossier vient de subir un rebondissement, car le parquet évoque désormais l’existence de l’article 8 d’une loi du 14 novembre 1939 qui indique que, si l’étudiant a été incité à l’ivresse et que les faits ont été suivis de la mort, les auteurs seront punis d’une peine allant de 5 à 10 ans d’emprisonnement. Cet article de loi est notamment disponible sur le site de l’ULiège.

Les différents prévenus seront réentendus sur les faits le 18 mars prochain et l’affaire devrait être plaidée le 16 septembre.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Liège (prov. de Liège)

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers