Horrible: un dépôt clandestin de carcasses de sangliers découvert à Waremme!

Les ouvriers du service travaux ont découvert les corps ce mardi matin.
Les ouvriers du service travaux ont découvert les corps ce mardi matin. - FB

Une enquête a été ouverte par la police locale.
Une enquête a été ouverte par la police locale. - FB

Les ouvriers du service travaux de Waremme ont fait une macabre découverte ce matin en se rendant au bassin d’orage de Bovenistier. Plusieurs carcasses de sangliers dépecées et en décomposition ont été jetées clandestinement dans les campagnes de la rue de la Justice.

« De mémoire, c’est la première fois que je constate un dépôt clandestin de cette nature. C’est ce que j’ai vu de pire depuis longtemps », soupire l’échevin des travaux, Hervé Rigot.

Les photos font effectivement froid dans le dos. Mais qui aurait bien pu faire cela ? « Nous n’avons que très peu d’informations. Peut-être des chasseurs mais on penserait plus à des braconniers. Une chose est certaine, les faits ne se sont pas passés dans les alentours de Waremme car on ne peut pas retrouver de telles bêtes dans notre commune », continue l’échevin.

Une enquête est ouverte

Ces faits se sont apparemment déroulés ce mardi selon Hervé Rigot (« le sang étant encore présent et frais »). Il va falloir intervenir rapidement afin de ne pas laisser ces restes au milieu des campagnes.

« Si ça n’avait pas été découvert par les ouvriers communaux, quelqu’un d’autre serait tombé dessus même si on se trouve dans une zone isolée. Heureusement que les élèves de l’école de Bovenistier n’étaient pas partis en balade », ajoute-t-il.

Le service d’équarrissage doit encore retirer les corps des campagnes.
Le service d’équarrissage doit encore retirer les corps des campagnes. - FB

L’insalubrité engendrée par ce dépôt est également problématique. Le service d’équarrissage devrait intervenir rapidement. « Il y a tout à dénoncer dans cet acte. Le dépôt clandestin, préjudice à la population ainsi que les soucis liés à la propreté », insiste Hervé Rigot qui pointe également la maltraitance animale.

« On ne sait pas s’il y a eu maltraitance à proprement parler mais rien que la scène est d’une violence rare. On ne peut même pas appeler cela de la chasse ».

Une enquête est ouverte auprès de la police de l’environnement mais également de la police locale qui n’a que peu d’éléments pour le moment. « Nous n’avons pas de vidéo mais nous aimerions récupérer certains témoignages pour faire avancer les choses », insiste l’échevine du bien-être animal Aurélie Van Keerberghen.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE HUY WAREMME