Vincent Kompany: «Les joueurs doivent se battre pour le maillot qu’ils portent»

Vincent Kompany: «Les joueurs doivent se battre pour le maillot qu’ils portent»
Belga

Depuis la nouvelle désillusion mauve, dimanche dernier contre Courtrai, entérinant un piètre bilan de 22 sur 45 (48,9 %), tout le monde y est allé de son commentaire et de son avis sur la situation d’Anderlecht et plus précisément de Vincent Kompany. Ce dernier jouera-t-il, samedi à Charleroi, son match de la dernière chance ? Comme le veut la tradition et le règlement de la Pro League, l’intéressé s’est présenté vendredi en conférence de presse pour préfacer un déplacement au Mambourg qui s’annonce extrêmement chaud. Certaines questions, notamment celle sur les jeunes de Neerpede, ont quelque peu irrité l’entraîneur anderlechtois mais, dans l’ensemble, il est apparu serein et souriant.

« Cela fait 18 mois qu’on parle de la dernière chance », réagit le mentor des Bruxellois. « Mon sort n’est pas important. Les joueurs ne doivent pas se battre pour moi mais pour le maillot qu’ils portent. Cela doit se faire quel que soit le coach. Autrement, nous ne sortirons pas du peloton dans lequel se trouve le club – notamment pour des raisons financières- et où se distribuent les coups de coude. Au club, on est au service des joueurs jour et nuit. En retour, nous leur demandons de tout donner pour le blason. Il faut retrouver cette culture, qui coulait de source lorsque j’étais joueur. Le groupe a bien réagi durant la semaine mais la réaction devra évidemment se produire sur le terrain ce samedi ».

Une importante discussion de groupe, en présence de la direction, des joueurs et du staff a eu lieu mardi à Neerpede. « Ce genre de discussion a lieu régulièrement mais c’est la première fois qu’on en parle dans les journaux », grince Kompany. « Avec un groupe composé de douze nouveaux joueurs, il est important de parler régulièrement. Notamment pour leur rappeler et leur préciser où on veut aller. Anderlecht provoque beaucoup d’émotions chez tout le monde. Nous devons nous en distancer. »

Enfin, Kompany est revenu sur la gestion de la pression en tant que coach d’Anderlecht, ainsi que sur la position de la direction : « Si tu n’es pas capable de supporter la pression, même s’il est vrai qu’elle est forte à Anderlecht, tu n’as rien à faire ici. Je sais très bien que le soutien de la direction n’est pas inconditionnel, mais il est encore présent parce que je travaille dur. Et parce que je fais face, objectivement, aux problèmes. »

Tout le foot amateur et chez les jeunes

Aussi en SC Anderlecht