La Maison du Prieur du Rouge-Cloître enfin restaurée

Sa silhouette d’un blanc immaculé s’étire sur 60 m parmi les vestiges de l’ancien cloître. La Maison du Prieur du Rouge-Cloître sort de la léthargie dans laquelle elle était plongée depuis 1992.

Un chantier emblématique.
Un chantier emblématique. - Région bruxelloise

« On retrouve le côté majestueux du site. C’est un travail très réussi qui a pris du temps mais cela valait la peine d’attendre », se réjouit le bourgmestre Didier Gosuin (DéFI).

Datant du 14e-15e siècle, le bâtiment a connu de grandes transformations aux 17e et 18e siècles et était occupé par des chanoines. Fortement dégradée, la Maison du Prieur a représenté un défi pour les bureaux d’architecture Origin et LD2. « Le bâtiment et le site sont classés et se trouvent en zone protégée (Natura 2000). De plus, ses combles abritent des chauves-souris », explique Fabienne Rouby d’Origin. « Il a fallu trouver un juste équilibre. On voulait garer l’authenticité et l’historicité du bâtiment en restaurant tous les éléments existants tout en s’adaptant à la réaffection du site. »

Région bruxelloise

Ce trésor du patrimoine bruxellois mêle l’ancien (façades, toiture, plancher, cloisons abies ogivales…) et le contemporain (lumière, grands espaces, terrasse). « Il était essentiel de redonner vie à ce lieu tout en respectant son passé et son histoire. Respecter le passé et construire l’avenir », résume Pascal Smet (one.brussels), secrétaire d’État en charge de l’Urbanisme et du Patrimoine.

Tout a été restauré en gardant le style de l’époque.
Tout a été restauré en gardant le style de l’époque. - A.L.

Portés par la Région et lancée par la Régie Foncière régionale, les travaux ont coûté près 4 millions d’euros à Urban Brussels.

Région bruxelloise

Nouvelle vie

Maintenant que la rénovation est terminée, « il faut lui donner vie et que le citoyen puisse se le réapproprier », pointe le ministre-président Rudi Vervoort (PS). La Région a lancé un appel à manifestation d’intérêt pour trouver un ou plusieurs exploitant(s). « Le rez-de-chaussée accueillera un espace de petite restauration tandis que l’étage sera dédié à une affectation socioculturelle », précise Laura Barbarito, architecte de la Régie Foncière.

L’appel court jusqu’au 12 novembre. Un comité d’avis composé de la commune, Bruxelles Environnement, la Région et Urban Brussels devrait se prononcer pour début 2022. Si tout se passe bien, l’espace restauration sera ouvert pour le printemps tandis que l’étage sera occupé début 2022. En attendant, la commune organise des animations.

Maintenant que ce chantier est terminé, la commune va prendre la relève pour rénover les bâtiments qu’elle occupe. « La commune a débloqué les moyens pour rénover le manège, la ferme et la grange. D’ici peu, Rouge-Cloître aura ainsi retrouvé tout son lustre d’antan et deviendra un pôle culturel, éducatif et récréatif majeur en Région bruxelloise », se réjouit Didier Gosuin.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Auderghem (Bruxelles-Capitale)Bruxelles (Bruxelles-Capitale)
Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES