Jusqu’à quatre ans de prison après un vol avec violence en juin 2017 à LLN

Photo d’illustration.
Photo d’illustration. - Belga

Son complice Guy V., un Wavrien né en 1994 qui faisait défaut à l’audience, écope de 40 mois de prison et son arrestation a été ordonnée à la demande du ministère public. Deux autres prévenus dans ce dossier, Omar E. (Watermael-Boitsfort) et Veap S. (Molenbeek Saint-Jean), sont condamnés à trois ans de prison assortis d’un sursis simple de cinq ans pour ce qui excède la détention préventive. Tous étaient impliqués dans un vol avec violence qui avait donné lieu au tir de plusieurs coups de feu, le 27 juin 2019 sur un parking de Louvain-la-Neuve.

Le jour des faits, deux habitants d’Anvers sont arrivés à Louvain-la-Neuve et ont prétendu qu’ils avaient garés leur voiture au fond d’un parking parce qu’ils venaient là pour une raison professionnelle. Mais celle-ci est restée obscure et d’après les enquêteurs, il s’agissait en réalité de livreurs de stupéfiants. Lorsqu’ils sont sortis du véhicule, ils ont été attaqués par plusieurs personnes. Liam G. a tiré dans le hayon de leur véhicule et a donné un coup de crosse pour éclater le pare-brise arrière, tandis que d’autres protagonistes volaient les sacs qui se trouvaient dans le coffre.

Liam G. a tiré un coup de feu et le projectile a transpercé le mollet d’une des victimes. Veap S. s’est servi d’un spray au poivre, et Omar E. d’un pied de biche avec lequel il a frappé une des victimes. Tous trois ont emporté les sacs des victimes et ont quitté les lieux à bord d’une voiture. Celle-ci a été interceptée vingt minutes plus tard, mais les sacs avaient disparu et aucun des protagonistes ne s’est jamais expliqué sur leur contenu.

Dans son jugement, le tribunal estime que les éléments du dossier et les témoignages établissent sans doute possible qu’il y a bien eu vol avec violence le jour des faits. Par contre, faute de pouvoir établir «sans le moindre doute raisonnable» la thèse du parquet évoquant le braquage de dealers préparés par les quatre prévenus, la justice ne retient pas la prévention d’association en vue d’un trafic de stupéfiants.

Notre sélection vidéo
Aussi en L'actu du BW