Bruxelles: B-architecten et Osar construiront le bâtiment central de la policeLe bâ

« C’est dans un état lamentable et on doit mettre beaucoup de moyens financiers importants », déclare Michel Goovaerts, chef de corps de la zone de police Bruxelles Capitale-Ixelles en parlant du commissariat de la zone situé rue du Marché au Charbon. « Il est temps de changer ! » Une demande entendue car le bâtiment De Ligne va accueillir le commissariat central ultra-moderne de la zone. Ce sont les bureaux d’architectures B-architecten et Osar qui ont été désignés pour réaliser ce projet ambitieux.

Inoccupé depuis longtemps, l’immeuble dispose d’assez d’espace pour toute la capacité du charroi automobile (plus de 300 véhicules). Il présente aussi l’avantage d’être à côté de Bruxelles Prévention & Sécurité (BPS), du directeur judiciaire, du directeur coordonnateur et du Centre de Crise bruxellois. « Cette centralisation a quatre avantages : professionnalisation de nos missions et interventions au service du citoyen, bien-être de notre personnel qui pourra évoluer dans un environnement professionnel sécurisé doté des technologies de pointe, rationalisation de nos ressources immobilières et matérielles ainsi qu’une diminution non négligeable de notre empreinte écologique », souligne le chef de corps.

Le projet s’inscrit dans une démarche durable. « Cela se traduit concrètement par une série d’infrastructures telles que chauffage par pompe à chaleur air‐eau réversible, panneaux photovoltaïques, récupération de l’eau de pluie, etc. », précise Lydia Mutyebele Ngoi (PS), échevine du Patrimoine Public et de la Régie foncière.

Trois accès

La structure du bâtiment sera conservée mais la façade subira un lifting complet. « C’est important de donner une seconde vie au bâtiment qui est encore en très bon état. On a essayé de garder au maximum la structure existante. Une petite partie sera démolie pour créer la maison pour le citoyen avec un accès PMR », explique Sven Grooten, architecte de B-architecten.

Un étage va être ajouté et sera dédié à la direction générale ainsi qu’au centre de dispatching. Toits et terrasses seront verdurisés tandis que le bois et les matériaux minéraux apporteront un peu de chaleur et feront le lien entre le haut et le bas de la ville. « Une nouvelle façade apportera un confort thermique ainsi que la sécurité et un nouveau look. Les trois coins auront une nouvelle identité : le premier servira d’accès au public, le second au personnel, tandis que le troisième est destiné aux interventions », détaille l’architecte.

« En plus d’offrir les meilleures conditions de travail possibles à nos policiers, l’infrastructure est aussi pensée pour que les citoyens soient mieux reçus, ce qui est un enjeu tout aussi essentiel que la modernisation des infrastructures », explique Philippe Close (PS), bourgmestre de la Ville de Bruxelles.

152 millions d’euros

Le service des unités centrales, la direction du trafic, la recherche, les patrouilleurs et la direction des interventions se retrouveront dans ce nouveau bâtiment de 38.000m2. Soit 1.700 membres sur les 2.600 personnes qui travaillent pour la zone. « On ne touche pas aux commissariats de quartier », insiste Michel Goovaerts.

« Il faut investir pour la police. Le personnel a le droit de travailler dans de bonnes conditions avec une attention portée à l’accueil du public », estime Christos Doulkeridis (Ecolo), bourgmestre d’Ixelles.

Au total ce ne sont pas moins 152 millions qui ont été investis dont 33.119 millions pour le projet. Les travaux devraient débuter en 2023 et être finalisés en 2026. En attendant, les lieux accueilleront temporairement l’ASBL culturelle « Arty-Farty ». L’affectation du bâtiment occupé par la police est encore en discussion.

Notre sélection vidéo
Aussi en L'ACTU DE BRUXELLES