Agnes Tirop assassinée à l’âge de 25 ans: la police kenyane recherche son mari

Vidéo
Agnes Tirop assassinée à l’âge de 25 ans: la police kenyane recherche son mari
News

La police kényane a annoncé jeudi avoir arrêté le mari d’Agnes Tirop, prometteuse athlète de 25 ans dont le meurtre révélé la veille a suscité l’émotion dans le pays et dans le monde de l’athlétisme.

« Le suspect a été arrêté à Mombasa ». « Il est en détention et a été arrêté alors qu’il fuyait », a déclaré à l’AFP George Kinoti, directeur des enquêtes criminelles. L’homme arrêté, Emmanuel Rotich, devrait être présenté vendredi devant un tribunal, selon la même source.

La double médaillée mondiale du 10.000 m (en 2017 et 2019) et 4e des derniers Jeux olympiques de Tokyo sur 5.000 m a été retrouvée morte, poignardée, chez elle à Iten, ville d’altitude de l’ouest du Kenya où s’entraînent de nombreux coureurs de fond et demi-fond.

Mercredi, Tom Makori, commandant de police du district de Keiyo North, où se trouve Iten, avait affirmé qu’Emmanuel Rotich, le mari d’Agnes Tirop, était le principal suspect, « ayant passé un appel aux parents de Tirop pour leur dire qu’il avait fait quelque chose de mal ».

« Plus tôt nous lui ferons révéler les circonstances qui ont conduit au meurtre de la jeune fille, mieux ce sera pour nous tous », a estimé jeudi le policier.

La mort brutale de Tirop faisait la Une de nombreux médias vendredi au Kenya, frappé par l’émotion et la stupeur. « Le meurtre d’une championne » titrait le quotidien The Daily Nation, « la vie d’une athlète cruellement brisée » affirmait The Star. « Agnes Tirop avait toute la vie devant elle et une carrière florissante à venir », écrit également The Daily Nation.

« Etoile montante »

La fédération kényane d’athlétisme a annoncé suspendre les compétitions pendant deux semaines, en l’honneur de Tirop et d’un autre coureur de fond, Hosea Mwok Macharinyang, récemment mort des suites de ce qui a été qualifié de suicide.

Son président, Jackson Tuwei, a qualifié sa mort de « véritable choc » pour l’athlétisme kényan, dont elle était l’une des « étoiles montantes ».

Jeudi, des personnes endeuillées, pour certaines en pleurs, se sont rassemblées au domicile de sa famille dans le village de Kapnyamisa, à environ deux heures de route d’Iten.

« Lorsque nous avons appris la nouvelle c’était très triste, parce qu’Agnes a été une bonne personne depuis sa jeunesse et Agnes n’a jamais été en conflit avec quiconque », a déclaré son frère, Josephat Keter.

Sa mère, Dinah Tirop, a évoqué avec tristesse le souvenir de sa fille, qui subvenait aux besoins de la famille, payant notamment pour les frais de scolarité des enfants.

Tirop avait battu il y a un mois le record du monde du 10 km sur route dans une course exclusivement féminine en 30 min 01 sec à Herzogenaurach (Allemagne).

Elle s’était révélée en 2015 en remportant à seulement 19 ans le titre de championne du monde de cross country, devenant la plus jeune athlète à signer une telle performance depuis la Sud-Africaine Zola Budd en 1985.

Le président kényan Uhuru Kenyatta lui a également rendu hommage. « Il est bouleversant, extrêmement malheureux et triste de perdre une athlète si prometteuse et si jeune qui, à 25 ans, avait déjà apporté la gloire à notre pays par ses exploits sur la piste », a déclaré le chef de l’Etat dans un communiqué. « Sa mort est d’autant plus difficile à encaisser qu’Agnes, héroïne du Kenya, a été victime d’un acte criminel lâche et égoïste », a-t-il déploré.

Aussi en Athlétisme