Jusqu’à 3 ans requis contre deux jeunes de la bande de Tamines pour vol avec violence

«Les victimes ont reçu une déferlante de coups de poings et de pieds.»
«Les victimes ont reçu une déferlante de coups de poings et de pieds.» - Photo News/PHOTO PRETEXTE

Le parquet de Namur a requis ce jeudi, devant le tribunal correctionnel, une peine d’emprisonnement de trois ans et une autre d’un an à l’encontre de deux membres de la bande de Tamines pour un vol avec violence et des faits de coups et blessures.

En juillet dernier, alors que l’Euro de football battait son plein, plusieurs jeunes se sont fait remarquer auprès des forces de l’ordre de Sambreville. Cinq membres de ladite bande ont ainsi décidé, le 2 juillet, aux abords de la gare de Tamines, de régler leurs comptes, à la suite d’un différend familial avec deux autres jeunes.

«Les victimes ont été acculées et ont reçu une déferlante de coups de poings et de pieds. L’une d’elles a pu s’extraire de la mêlée à reculons, alors que l’autre, coincée entre un ascenseur et une passerelle a sauté dans les escaliers et a souffert d’une commotion», a exposé la substitute du procureur du Roi, Me Audrey Seminara.

Quatre personnes - deux majeurs et deux mineurs d’âge - ont été interpellées à la suite de ces faits.

Le 7 juillet, les agresseurs, agissant de nouveau en bande, ont dérobé les effets personnels d’un passant, mineur d’âge, dont des baskets Asics roses. Les souliers, facilement reconnaissables, et la carte d’identité de la victime ont été retrouvés sur l’un des auteurs, présent ce jeudi au tribunal.

La substitute Seminara a réclamé une peine de trois ans de prison à l’encontre de celui-ci. Une peine d’un an d’emprisonnement a en revanche été requise contre son co-prévenu. Même si les individus ne disposent pas d’antécédents, la magistrate s’oppose à une peine de travail les concernant.

Des peines de travail sont plaidées par les conseils des deux jeunes, un sursis probatoire étant de nature à compromettre leur avenir professionnel. Le jugement est attendu le 29 octobre.

Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers