Inondations: quatre ministres au parlement pour expliquer l’action des autorités

Inondations: quatre ministres au parlement pour expliquer l’action des autorités
Belga image

Beaucoup d’informations avaient déjà été données au cours des séances de commission précédentes. La Défense, qui agit à la demande et en soutien des autorités civiles, n’a ainsi pas ménagé sa peine, selon Mme Dedonder, avec 13.000 jours/homme prestés, soit entre 182 et 374 hommes par jour, que ce soit pour les opérations d’évacuation, les missions du génie, l’installation de douches mobiles ou la fourniture de repas pour laquelle elle aura cédé définitivement le relais à la Croix rouge à la fin du mois. Au niveau de l’aide médicale urgente, le 16 juillet, pas moins de 200 interventions supplémentaires ont été comptabilisées.

«Il nous faut une culture de sauvetage et une rapidité d’urgence», a souligné Mme Verlinden.

L’évaluation par une commission d’apprentissage est en cours. De nombreuses questions sont examinées, notamment des interventions au niveau national car il n’existe par exemple pas de plan d’évacuation national en cas d’un événement comme une inondation. La réflexion sur un mode d’action national a déjà commencé au Centre de crise à la suite de la pandémie de covid. A l’heure actuelle, ce sont les bourgmestres et les gouverneurs de province qui s’en chargent et eux qui lancent les ordres d’évacuation. Un autre élément à prendre en compte est l’obéissance de la population qui a parfois fait défaut durant les inondations de juillet. La ministre privilégie une approche éducative.

Des réflexions sont également en cours sur les mécanismes de Be Alert. En province de Liège, pas moins de 140 campagnes ont été menées par ce biais. «On doit coordonner», estime Mme Verlinden. Quant au réseau Astrid de communication des services de secours, il a montré sa robustesse, a-t-elle ajouté.

Dans l’opposition, plusieurs partis ont réclamé une commission d’enquête. Dans la majorité, certains évoquent une commission spéciale. Le PS a plaidé pour une commission de suivi de l’action du gouvernement dans ce domaine.

Les députés ont déroulé leurs questions pendant plus de deux heures. Elles sont nombreuses et concernent aussi bien la gestion des secours, en particulier la très contestée réforme de la Protection civile, que la situation des sinistrés aujourd’hui qui se débattent dans d’inextricables difficultés, notamment avec les assurances.

Notre sélection vidéo
Aussi en Politique