Namur: un agent immobilier risque une interdiction professionnelle

Devant le tribunal de Namur.
Devant le tribunal de Namur. - ILLU/V.L.

Le parquet de Namur a requis vendredi devant le tribunal correctionnel des interdictions professionnelles de 5 ans et la confiscation de 91.000 euros à l’encontre d’un agent immobilier namurois et de son ex-épouse, qui devaient répondre de préventions de faux, d’usage de faux, d’abus de confiance, d’organisation d’insolvabilité et d’abus de biens sociaux.

Il leur est notamment reproché un abus de confiance basé une fausse facture émise en 2017 et contenant de faux frais afin de ne pas rembourser une somme de 10.000 euros liée à l’acompte d’une vente immobilière.

La prévention d’organisation frauduleuse d’insolvabilité intervient dans le cadre du divorce entre le prévenu et sa première femme. La procédure a débuté en 2006, et, selon le ministère public, l’agent immobiliser aurait tout fait pour dissimuler ses avoirs financiers afin de diminuer le montant de la pension alimentaire à verser à son ex-femme.

Les acquittements plaidés

Ce sont enfin 81.000 euros appartenant au capital de la société qui auraient été détournés par le couple, leur valant la prévention d’abus de biens sociaux.

Le parquet ne s’oppose pas à ce que la suspension simple du prononcé de la condamnation soit accordée au prévenu, âgé de 74 ans. Une peine de travail de 100 heures et requise contre la seconde de ses ex-épouses, considérée comme co-auteur de toutes les infractions. Une interdiction professionnelle de 5 ans est requise à l’encontre des deux Namurois, tout comme le remboursement de 91.000 euros, somme correspondant au total de l’acompte non-remboursé et de la somme concernée par les abus de biens sociaux.

Les conseils des deux prévenus plaident tous les deux l’acquittement.

Jugement le 22 octobre.

BELGA

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Namur (prov. de Namur)
Notre sélection vidéo
Aussi en Faits divers