Le parti de Poutine revendique une super-majorité, l’opposition crie à la fraude

Le parti de Poutine revendique une super-majorité, l’opposition crie à la fraude
Isopix

La formation Russie unie rassemblait 49,64% des voix, selon des résultats portant sur 95,15% des bureaux de vote.

Selon un dirigeant du parti, Andreï Tourtchak, son écurie a conquis plus des deux-tiers des sièges à la chambre basse du Parlement, la Douma, comme lors du précédent scrutin il y cinq ans. Il disposera d’au moins 315 mandats sur 450, majorité suffisante pour réformer la Constitution sans l’appui d’autres forces.

«Pour le président (Poutine) le plus important est bien sûr que les élections aient été concurrentielles, dans la transparence et la probité», a estimé le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, se félicitant en outre que Russie unie ait «rempli sa mission».

Le parti au pouvoir devance les communistes (19,41%) mais son score représente néanmoins une baisse par rapport aux 54,2% et 334 sièges raflés en 2016.

L’opposition anti-Kremlin, pour l’essentiel interdite de scrutin à l’instar d’Alexeï Navalny, emprisonné, a dénoncé des fraudes massives : bourrages d’urnes, report suspect des résultats du vote en ligne, observateurs du décompte chassés des bureaux de vote...

L’Union Européenne et la Grande-Bretagne ont toutes deux dénoncé le déroulement des législatives en Russie. Les États-Unis ont, eux, affirmé que les Russes avaient été «empêchés d’exercer leurs droits civiques» et que «Les élections législatives des 17 au 19 septembre de la Fédération de Russie se sont déroulées dans des conditions qui n’étaient pas propices à des procédures libres et équitables». Washington a également appelé la Russie à «honorer son engagement auprès de la communauté internationale à respecter les droits humains et les libertés fondamentales».

La présidente de la Commission électorale, Ella Pamfilova, a balayé ces accusations, louant «la transparence» du scrutin. Tout comme Tamara Pronina, une archiviste de 59 ans, interrogée par l’AFP à Moscou: «Tout s’est déroulé dans les règles, sans violation significative et je suis très heureuse que Russie unie ait gagné.»

Outre Russie Unie et les communistes, trois partis sont en position de siéger à la Douma: les nationalistes de LDPR (7,47%), les centristes de Russie Juste (7,42%), et un nouveau venu, le parti des «Nouvelles personnes» (5,39%). Ces formations sont considérées dans la ligne du pouvoir.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Nouvelles (c.f. Mons)Mons (Hainaut)
Notre sélection vidéo
Aussi en Monde