Felice Mazzù, coach de l’Union: «On doit rester humble»

Felice Mazzù se méfie de ce déplacement.
Felice Mazzù se méfie de ce déplacement. - Belga

Trois victoires lors des quatre premiers matches, l’Union Saint-Gilloise impressionne en ce début de saison. Autant de succès glanés, de plus, avec une grande maîtrise des événements. Sera-ce à nouveau le cas ce dimanche soir à Malines ? « Le plus important à l’heure actuelle, c’est surtout notre gestion mentale », prévient d’emblée Felice Mazzù, le coach saint-gillois. « On doit rester humble car je pense qu’on est arrivé à un stade où il y a pas mal de gens qui aimeraient qu’on tombe. Tout doucement, on pourrait devenir embêtant pour la série. Cela signifie que la motivation chez nos adversaires grandit de semaine en semaine. On doit être préparé à cela. »

Des adversaires qui, forcément, se méfient de plus en plus de l’Union, vu le départ canon du matricule 10. « Je pense que les clubs qu’on rencontre font de plus en plus d’analyses de notre jeu », acquiesce Mazzù. « Mais, en face, on sait, nous aussi, qu’il y a beaucoup de qualités. Malines est une équipe qui joue le haut du classement quasiment chaque saison. » Cette année par contre, les Malinois n’ont pas bien débuté leur championnat, ne remportant qu’une seule de leurs quatre premières rencontres. C’était lors du premier match face à l’Antwerp. Depuis lors, les Sang et Or ont tout perdu.

Un stade plein à craquer

Mais pour les aider à se remettre dans le sens de la marche, ils pourront compter sur un public survolté, le stade pouvant à nouveau être garni complètement pour la première fois depuis le déclenchement de la crise sanitaire. Et d’ailleurs, l’engouement est au rendez-vous puisque l’AFAS Stadion devrait être comble. « Je m’attends à une équipe qui aura une grosse envie et qui sera poussée par plus de 15.000 supporters », réagit encore Mazzú. « Et on connaît le public de Malines. Il ne siffle jamais ses joueurs et les pousse toujours à aller de l’avant. »

En cas de succès, l’Union reprendrait la tête du classement. Et serait, encore un peu plus, mise sous le feu des projecteurs. Et ce, alors qu’elle recevra le Standard le week-end prochain, un club liégeois également en grande forme. « Mais je n’aime pas quand il y a trop de médias autour de nous, car j’ai peur que cela nous fasse perdre notre humilité, notre simplicité, qu’on tombe dans l’extravagance et qu’on croit que plus rien ne peut nous arriver », déclare encore le mentor saint-gillois. « J’essaye d’avertir mes joueurs chaque jour à ce sujet. Car à un moment donné, on va tomber. Et on sait que les médias seront aussi là et ne nous feront pas de cadeau. On doit être prêt à gérer cette situation. »

À voir, ce dimanche soir, si ce message sera bien passé.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Malines (prov. d'Anvers)

Tout le foot amateur et chez les jeunes

Aussi en Union Saint Gilloise