Evenepoel prêt à marquer les JO de son empreinte: «Les sensations sont bonnes»

@News
@News

Avec Wout van Aert, triple vainqueur d’étape sur les routes du Tour de France, Evenepoel est le principal espoir de médaille dans la discipline pour la délégation belge. « Je pense surtout que Wout est le favori au regard de ses dernières prestations. Il est très affuté et dans la forme de sa vie. Il ne doit pas avoir peur du parcours », a assuré Remco Evenepoel mercredi lors d’une conférence de presse au Fuji International Speedway, l’ancien circuit de Formule 1 situé au pied du Mont Fuji et théâtre de l’arrivée de la course en ligne samedi.

La course, avec quelque 5.000 mètres de dénivelé positif, s’annonce malgré tout très difficile, reconnaît volontiers le natif de Schepdaal. « Ça monte et descend tout le temps et la chaleur va encore compliquer les choses. Ce sera 234 longs kilomètres. Je compare un peu ce parcours à celui de la Classique Saint-Sébastien, avec une longue montée au milieu et un enchaînement de plusieurs plus courtes dans le final », a analysé celui qui avait remporté, en solitaire, la course espagnole en 2019. « C’est assurément un parcours que j’affectionne pour un championnat. Je suis content qu’il soit si difficile. »

Selon le pensionnaire de l’équipe Deceuninck-Quick Step, Wout van Aert devrait pouvoir franchir le Mikuni Pass, ascension décisive de la course longue de 6,8 kilomètres à 10,1 pour cent de moyenne. « Ce sera l’endroit le plus compliqué pour lui. C’est très raide avec des portions à 20 % et Wout pèse environ 75 kg, soit 15 de plus que les vrais grimpeurs. Cela pourrait être décisif. »

Evenepoel s’est dit prêt à s’illustrer, lui qui a remporté le Tour de Belgique au mois de juin avant de terminer 2e du National contre-la-montre et 3e de l’épreuve en ligne. « J’ai fait tout ce que je pouvais pour être fin prêt avec un stage en altitude et des entraînements intenses sur place. Les sensations sont bonnes, j’espère avoir de bonnes jambes samedi. Le parcours ne mentira pas, le meilleur s’imposera », a-t-il prédit.

Onze mois se sont écoulés depuis la lourde chute d’Evenepoel sur les routes du Tour de Lombardie. « Je suis un peu dans une année de transition. J’ai profité de cette année pour m’approcher du top niveau. Que ce soit maintenant où lors de l’Euro et des Mondiaux l’année prochaine, je dois l’accepter. Je fais le maximum pour retrouver ma forme optimale. Mon corps doit encore l’accepter et moi je dois me montrer patient. Les jambes vont bien et j’ai retrouvé un peu de souplesse, c’est généralement bon signe », a ponctué le Belge de 21 ans.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Schepdaal (c.f. Dilbeek)
Aussi en Cyclisme