Pogacar enfonce le clou: ce qu’il faut retenir de la 18e étape du Tour de France

Vidéo
EPA
EPA

La dernière journée en altitude proposait une étape courte, a priori favorable au mouvement, et deux cols hors-catégorie avec l’ascension du Tourmalet et la montée vers Luz Ardiden. L’ultime opportunité pour les grimpeurs et les hommes du classement général, en espérant la clémence de Pogacar.

La visite inattendue de la police durant la nuit motivait sans doute la formation Bahrain, vexée, à répondre avec les pédales puisque Mohoric se dégageait avec Bennett et Juul-Jensen. Rejoints ensuite par Alaphilippe et Périchon, les fuyards ne parvenaient à creuser l’écart. Au moment de s’attaquer au Tourmalet, le Champion du Monde et le Champion de Slovénie poursuivaient seuls en tête. UAE Emirates se chargeait de relayer les maillots Bahrain pour assurer le tempo du peloton.

Le duo repris, c’est Gaudu et Latour qui basculaient en tête au sommet du Tourmalet alors qu’Uran ne pouvait suivre le train du groupe principal.

Meilleur descendeur que son compatriote, Gaudu entamait seul l’escalade finale mais Ineos ne lui laissait pas la moindre illusion. Un travail a priori inutile des maillots noirs puisque les lieutenants de Pogacar prenaient la relève préparant le démarrage de leur leader. Le maillot jaune emmenait avec lui Vingegaard, Carapaz, Mas et Kuss. Laissant visiblement l’initiative à ses rivaux, il tolérait certes deux démarrages de Mas, le plus entreprenant avant de décider d’y aller lui-même.

Pas de partage ni de cadeau pour des adversaires qui s’observent, le maillot jaune levait à nouveau les bras 24 heures après Sant-Lary-Soulan. Son seul stress d’ici Paris réside désormais dans les risques de chutes.

Parmi ses dauphins, Vingegaard et Uran ont assis leur position sur le podium. Uran ayant perdu pied, c’est Ben O’Connor qui pointe au 4e rang, à plus de 8 minutes.

L’homme du jour

Les jours se suivent et se ressemblent pour Tadej Pogacar, plus autoritaire que jamais. Le Slovène semble empocher les victoires sans forcer son talent. A Luz Ardiden, outre son 3e bouquet, il ajoute au maillot jaune et au maillot blanc de meilleur jeune, le maillot à pois de meilleur grimpeur.

L’attaquant du jour

David Gaudu méritait sans doute mieux sur ce Tour. Après trois étapes bouclées dans les dix premiers, il a tenté sa chance dans cette ultime étape en altitude. Repris dans la montée de Luz Ardiden, le Breton doit se contenter du prix de la combativité et de la 11e place du classement général. A 24 ans, il incarne néanmoins l’avenir pour la FDJ.

Le Belge du jour

Xandro Meurisse retrouve ses meilleures jambes en cette fin de Tour. Le Courtraisien, 21e du Tour 2019 sous le maillot Wanty, a bouclé ces deux étapes pyrénéennes dans le sillage des meilleurs. Aux portes du top 30, il offre surtout des perspectives à la direction sportive d’Alpecin-Fenix pour des courses par étapes d’une semaine.

Le battu du jour

Ce Tour ne restera pas dans les mémoires en Colombie. Rigoberto Uran ayant définitivement craqué (10e désormais), les Colombiens risquent de rallier Paris les mains vides. Miguel Angel Lopez, Nairo Quintana, Sergio Henao, Esteban Chavez, aucun d’eux n’a réussi à se mettre en évidence. Le meilleur résultat reste à l’actif de Sergio Higuita, 3e d’étape à Quillan.

Le chiffre du jour

36. La première arrivée à Luz Ardiden remonte à… 36 ans. La 17e étape du Tour 1985 avait salué la victoire de Pedro Delgado. Pour son premier bouquet dans le Tour, l’Espagnol avait devancé les… Colombiens Luis Herrera et Fabio Parra. Il terminera 6e de ce Tour remporté par Bernard Hinault.

L’image du jour

Pogacar voit triple : le jaune, le blanc et les pois

Aussi en Tour de France