Tour de France: Mohoric remporte la 7e étape, Roglic perd encore du temps

BELGA
BELGA

Le champion de Slovénie Matej Mohoric (Bahrain) a remporté en solitaire la 7e étape du Tour de France, la plus longue de l’épreuve avec 249 kilomètres, vendredi, au Creusot. Le Néerlandais Mathieu van der Poel (Alpecin), 4e de l’étape dans le même temps que son grand rival belge Wout van Aert, a gardé le maillot jaune.

Le Slovène Primoz Roglic, deuxième du Tour l’an passé, a été distancé dans les 20 derniers kilomètres, quatre jours après sa chute de début de Tour. Il a perdu finalement plus de trois minutes sur les autres candidats à la victoire.

Le Gallois Geraint Thomas, le vainqueur 2018 handicapé lui aussi par une chute en début de semaine, s’est retrouvé lui aussi en difficulté dans le final.

A la veille de l’entrée dans les Alpes, un terrain qui ne lui est pas favorable, van der Poel précède au classement général van Aert, deuxième, de 30 secondes.

Un Signal trop dur pour Roglic

Très incisif, Mohoric a distancé dans le Signal d’Uchon, la côte la plus sévère du jour, ses derniers compagnons d’échappée (Stuyven, Van Moer). Sur la ligne, le Slovène a battu plus d’une minute le Belge Jasper Stuyven.

Dans cette très longue étape traversant le Morvan, une échappée-fleuve, formée vers le 40e kilomètre, a réuni 29 coureurs représentant 18 équipes différentes. Van der Poel a retrouvé dans ce groupe van Aert mais aussi l’Italien Vincenzo Nibali et plusieurs solides rouleurs (Van Moer, Asgreen, Schär, etc).

Derrière cette échappée, l’équipe UAE du vainqueur sortant, le Slovène Tadej Pogacar, a assumé le poids de la poursuite avec l’aide partielle de la TotalEnergies, non représentée. Mais elle a lâché du lest jusqu’à laisser l’écart grandir au-delà des 7 minutes.

A l’avant, Mohoric a provoqué la décision à 87 kilomètres de l’arrivée. Il a été rejoint par le Belge Brent Van Moer puis, à l’entrée des 50 derniers kilomètres, par deux autres Belges, Victor Campenaerts et Jasper Stuyven, avant de porter le coup décisif dans le Signal d’Uchon.

Roglic, distancé dans cette montée située à l’entrée des 20 derniers kilomètres, n’a pas été attendu par ses équipiers. Pour sa part, l’Equatorien Richard Carapaz a attaqué à l’approche du sommet mais il a été rejoint pour finir sur la ligne par le groupe des favoris.

Mohoric, 26 ans, a gagné le titre mondial dans les catégories juniors en 2012 et espoirs l’année suivante. Il est aussi connu pour avoir adopté en premier une position audacieuse en descente, assis sur le tube du vélo, qui est interdite par le règlement depuis le 1er avril.

Vainqueur d’étape sur le Giro (2018) et la Vuelta (2017), il a touché au but dans le Tour de France qu’il dispute pour la troisième fois.

En mai, Mohoric a fait une sévère chute lors de la 9e étape du Giro et a subi une commotion cérébrale qui l’a contraint à l’abandon. Il a enlevé depuis le championnat de Slovénie.

Samedi, la 8e étape comporte les premiers vrais cols du Tour entre Oyonnax (Ain) et Le Grand-Bornand (Haute-Savoie). Le parcours de 150,8 kilomètres présente trois ascensions classées en première catégorie dans les 50 derniers kilomètres (Mont-Saxonnex, Romme, Colombière).

Aussi en Tour de France