Michel-Ange Balikwisha a fait jouer la loi de 1978 pour retrouver sa liberté!

Michel-Ange Balikwisha a fait jouer la loi de 1978 pour retrouver sa liberté!
Belga

Si le jeune ailier ne jure que par l’Antwerp, qui lui propose des conditions salariales bien supérieures à celles que le FC Bruges lui a offertes et qu’il souhaite donc rejoindre, le Standard ne l’entend pas de cette oreille et préfère le pousser vers le FC Bruges, sur base d’une indemnité de transfert plus intéressante et d’un accord trouvé avec la direction du Club et valable jusqu’au… 1er juillet. D’où un blocage complet de la situation…

Concrètement, l’Antwerp propose au Standard une somme de transfert de 4,5 millions, assortie de bonus (en cas de qualification, en fin de saison, du club anversois pour la Ligue des Champions ou l’Europa League) et un pourcentage de 20 % sur la revente du joueur. Trop peu pour la direction liégeoise, chaque partie défendant ses intérêts.

Du coup, pour faire pression, Michel-Ange Balikwisha ne s’est pas présenté mercredi matin à l’entraînement, pas plus qu’il n’était au match amical face à l’Union Saint-Gilloise. Mieux encore, une lettre de démission a été envoyée mercredi matin au Standard, étant entendu que sur un plan juridique, elle devait l’être avant le 1er juillet. Le Standard en a été informé en début d’après-midi. En clair, l’entourage de Mickey Balikwisha a décidé d’utiliser la fameuse loi de 1978, qui permet à un joueur de casser unilatéralement son contrat de travail de sportif rémunéré sans devoir prester un préavis.

Ce qui signifie que Balikwisha retrouverait sa liberté et pourrait signer là où il l’entend, moyennant le paiement d’une indemnité calculée en fonction du salaire et de la durée du contrat qu’il lui reste à honorer. Balikwisha étant lié au club liégeois pour deux saisons encore et percevant à Sclessin un salaire mensuel net de 3.000 euros, le Standard devrait toucher, selon les calculs effectués, un peu plus de… 300.000 euros. Même si on n’en est pas encore là ’: c’est d’abord une menace que l’entourage de Balikwisha brandit là, mais il se réserve ainsi le droit d’activer cette loi de 78 si le Standard continue de faire la sourde oreille et de refuser le transfert de son joueur à Deurne.

En attendant, voilà un nouveau rebondissement dont le Standard aurait pu faire l’économie si le dossier avait été bien géré, d’autant qu’il retarde le lancement du mercato entrant.

Tout le foot amateur et chez les jeunes

Aussi en Standard