Luxembourg: Des congés en plus pour celles qui ont des règles douloureuses ?

Douleurs abdominales, maux de dos, sautes d’humeur, etc.
Douleurs abdominales, maux de dos, sautes d’humeur, etc. - D.R

Au Grand-Duché de Luxembourg, il est possible, à tout un chacun, d’introduire une pétition publique sur internet. La loi veut que si cette pétition atteint les 4500 signatures, elle donne droit à un débat public avec les ministres et les députés luxembourgeois potentiellement concernés par le dossier.

Ce mardi, une jeune femme de 28 ans, du nom d’Ornella Romito, a déposé une pétition pour le moins inédite. Elle réclame une possible dispense menstruelle de deux jours pour les salariées souffrant de règles douloureuses. Son idée serait que les femmes indisposées puissent « rester à la maison et ne pas devoir se forcer, voire se torturer » en allant au travail « avec des douleurs abdominales ». En effet, selon la pétitionnaire, « beaucoup de femmes souffrent de douleurs abdominales et de mal de dos et de jambes lors de leurs menstruations ». De plus, est-il expliqué dans les motivations de la pétition, « le manque d’énergie et la fatigue jouent un grand rôle » et ne permettent pas de « travailler de façon exemplaire ». La jeune femme tempère cependant, en expliquant que la solution relèverait davantage du télétravail que du repos accordé. « Le texte ne réclame pas que chaque femme dispose de jours de congé durant ses règles, mais plutôt que celles dont l’état de santé le justifie puissent être dispensées de se rendre physiquement à leur poste. »

Un calvaire

Ornella Romito, qui s’est confiée auprès de nos confrères luxembourgeois du Wort, explique que cette proposition relève plus de l’expérience personnelle que de l’acte militant. Après avoir discuté de la situation avec plusieurs filles de son entourage, la jeune femme a estimé qu’il était temps que la question soit mise sur la place publique. « Je me suis rendu compte que nous étions nombreuses pour qui cette période constituait un calvaire et qui prenaient sur elles pour essayer de faire bonne figure sur leur lieu de travail », dit-elle au Wort.

La jeune femme tient également à signaler que des mesures pareilles existent déjà dans d’autres pays, comme l’Angleterre. Plusieurs sociétés anglaises ont déjà validé ce principe de la dispense menstruelle. La salariée demandeuse n’a ainsi plus à justifier, chaque mois, par la présentation d’un certificat médical, l’autorisation de son employeur d’aménager son temps de travail. En 2017, le parlement italien a lui aussi commencé à travailler sur cette possibilité.

Mise en ligne ce mardi matin, la pétition avait déjà franchi le cap des 2400 signatures 24 heures plus tard. À voir l’enthousiasme rencontré par le sujet sur le site petition.lu, il y a fort à parier que la question sera débattue à la Chambre d’ici peu.

et-si-le-travail-s-adaptait-aux-regles-douloureuses-60a37adade135b9236d3b11c
Notre sélection vidéo
Aussi en GRAND-DUCHÉ