Indochine refait son «3e Sexe»

Nus et libres sur la pochette.
Nus et libres sur la pochette. - D.R.

« J’ai pas envie de la voir nue ; J’ai pas envie de le voir nu ; Et j’aime cette fille aux cheveux longs ; Et ce garçon qui pourrait dire non ; Et on se prend la main ; Une fille au masculin ; Un garçon au féminin… ». Un hymne en 1986, dont la thématique – le « non-genré » – est plus que jamais actuel. Beaucoup de choses ont été dites sur Indochine, mais l’intemporalité des chansons du groupe français est assurément la clé de sa longévité.

Ressortir 35 ans plus tard « 3e Sexe » – en même temps que la collection de singles 1981-2001 – c’est bien, mais le faire avec une touche 3.0, c’est encore mieux. Et en matière d’acceptation de la différence, qui mieux que l’icône qui ne se veut ni totalement femme ni totalement homme, Christine and the Queens (devenue un moment Chris) ? Ce « 3e Sexe » devient donc « 3SEX » chanté par Nicolas Sirkis auquel Christine apporte une touche glam’ et plus de douceur. C’est beau et élégant. « En avril dernier, raconte l’artiste, Nicola Sirkis m’appelle et me parle de revisiter 3e sexe. Mon cœur s’est mis à battre parce que cette chanson raconte quelque chose qui m’est très personnel, quelque chose qui me donne envie d’être libre ». Libres, Nicola et Christine le sont : ils posent nus sur la pochette du single. « Merci Nicola de m’avoir fait l’honneur et la confiance de chanter 3SEX avec toi, à un moment où le mot même de liberté reprend tout son sens et son urgence. Les vraies révolutions ne meurent jamais ».

Ch.V.

Notre sélection vidéo
Aussi en CULTURE